Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Des petites histoires sur le Ladron

Deux Royaumes, Un Royaume !

Beron #Nordique, #Berserkers

Dans les villages et les campements militaires du Nord de Dragonia, on raconte une légende : la légende de deux rois qui se firent la guerre, déclanchant ainsi une série d'événements dont les répercussions se font encore sentir aujourd'hui.

C'était durant l'Ère Clanique, dans la toundra du Nord. A cette époque, encore plus qu'aujourd'hui, les Territoires Nordiques étaient déchirés par la guerre. Des hommes à l'ambition sans limites se taillaient des royaumes qui s'écroulaient en quelques années seulement. Mais un être parvint à sortir du lot : un être aux grands pouvoirs et au charisme des plus grands meneurs. De lui, on retient ses exploits, mais de son nom, aucun s'en souviennent. Le Peuple le nomme de nos jours le Roi-Mage. Par sa maîtrise des arts occultes, il se créa un vaste royaume entre la Mer Barbare et la Mer du Nord qui s'étendait jusqu'aux terres mythiques du Dieu Rouge de Vulcanie. Bien sûr, il ne pouvait plus s'étendre vers le Sud et les territoires des Dragons, mais les Territoires Nordiques à conquérir restait encore très nombreux. Le Roi-Mage étendit son emprise vers le Nord. Il écrasait ses ennemis par ses vastes armées. Si elles n'y parvenaient pas, le Roi-Mage se présentait lui-même sur le champ de bataille et rien ne pouvait plus résister à sa Magie.

Bientôt, toutes les Basses-Terres Nordiques de l'Est lui appartenirent. Seuls les Géants des Montagnes n'étaient pas en son pouvoir. Mais le Roi-Mage n'avait que faire de ces montagnes : il visait les Hautes-Terres, encore plus au Nord, là où vivaient les plus féroces berserkers de la région. Ceux-ci étaient dirigés par un autre grand homme de cette époque. Dans l'Histoire, on se souvient de lui comme le Roi-Guerrier des Hautes-Terres de l'Est. Le Roi-Mage convoitait le métal et l'ambre du Nord, alors il lança nombre de ses armées face à son rival. Des milliers de soldats parcoururent la distance qui les séparait des collines en plein été. Mais le Roi-Guerrier n'était pas un imbécile : il avait vu l'ambition du Roi-Mage et l'extention du royaume du Sud. Il avait placé ses propres hommes en embuscade. Le choc fut terrible ! Les armées plus civilisées et nombreuses du Sud affrontèrent pendant des jours entiers les armées plus sauvages et réduites du Nord. Un mois complet ils combattirent, mais la victoire revint finalement aux hommes des Hautes-Terres.

Quand il vit la retraite des soldats du Roi-Mage et l'étendue des territoires du Sud, le Roi-Guerrier se dit soudain qu'il serait aisé d'envahir le royaume de son adversaire. Il donna ses ordres et les féroces combattants du Nord lancèrent l'invasion des Basses-Terres de l'Est. Lorsqu'il se rendit compte des agissements du Roi-Guerrier, le Roi-Mage entra dans une colère noire. Il réunit toutes ses armées qui lui restait et fit face à la menace. Les combats durèrent des jours. Les jours se tranformèrent en semaines, et les semaines en mois. Le front s'était étiré sur des kilomètres et des kilomètres. Les Géants avaient été réveillé et massacraient tous ceux qui s'approchaient trops près de leurs montagnes. Dans la Mer du Nord, les flottes de guerre entamèrent un immense combat naval. L'hiver s'intalla partout. La glace fut brisé et la neige recouverte du sang des guerriers. Mais aucun des deux rois ne s'avouait vaincu. L'affrontement se prolongea. Des mercenaires étaient engagés et jetés dans la mélée. Peu d'hommes en sortaient vivant et encore moins intacte. Les Dragons, alliés à un camp ou à un autre, rugirent et leurs flammes consumèrent les soldats qui fuiaient la mort. Les Bêtes se délectaient de la chair des blessés, dont les cris terrorisaient les recrus et laissaient de marbre les vétérans.

Un jour, le Roi-Guerrier, excédé par la situation, poussa un cri de rage. Il avait tellement d'influance sur ses hommes qu'ils firent de même. Dans la cacophonie et le chaos le plus total, les soldats des Basses-Terres virent leurs adversaires charger leurs positions sans la moindre protection. Mené par le Roi-Guerrier en personne, ils beuglaient tels des bêtes dans les vallées et les plaines. De la salive sortait de leur geule grande ouverte et leurs yeux étaient plus rouges que les braises incandescantes des plus grands feus d'hiver. Un homme lança alors : "BERSERKERS !". Les Nordiques enragés atteignirent les lignes du Sud. Les haches de bataille taillèrent la chair et broyèrent les os dans un tourbillon de haine et de colère. La furie du Roi-Guerrier et ses hommes mirent les troupes des Basses-Terres en fuite.

En voyant cela, le Roi-Mage due agir, personnellement ! Par sa Magie, il déclancha la fureur des cieux. Éclairs et tempêtes s'abbatirent sur l'armée de son rival. Beaucoup mourrurent, mais la haine des guerriers n'en étaient que plus renforcés. Le Roi-Mage se doutait bien que les plus féroces berserkers des Territoires Nordiques allaient un jour ou l'autre montrer leur vrai pouvoir, mais ce fut tout de même un choc pour le Roi-Mage. Il décida alors de combattre le feu par le feu. Il lança un sortilège sur ses propres soldats, les transformant à leur tour en berserkers. Ses hommes ne fuirent plus et chargèrent l'ennemi. L'affrontement n'était plus qu'une tempête de violence pure, où les hommes n'étaient que des bêtes. Seul le Roi-Mage restait lucide : du haut de sa tour, il bombardait de sorts les guerriers des Hautes-Terres. Ce combat-là ne dura que deux jours, mais à son terme, toutes les armées présentes étaient détruites en leur intégralité. Même les estropiés avaient déchainé leur furie jusqu'à ce qu'il ne leur reste plus un souffle de vie.

A la fin, il ne restait plus que deux hommes : le Roi-Guerrier et le Roi-Mage. Leur affrontement fut le plus épique qui soit : la rage du berserk, face à la maîtrise magique du sorcier. On dit qu'au moment où l'épée du Roi-Guerrier transperça le cœur du Roi-Mage, celui-ci lança un dernier sort qui consumma le corps du berserker jusqu'à ce qu'il ne soit réduit qu'à l'état de poussière.

La bataille était fini et on aurait pu croire que les Territoires Nordiques de l'Est allait enfin connaître la paix. Mais il n'en fut pas ainsi. Les deux peuples refusèrent de cesser les hostilités. Tous leurs soldats étaient morts et leurs rois également. Les peuples réclamèrent justice ! Les peuples réclamèrent vengeance ! Une immense guerre d'usure débuta entre les deux nations. Les Hautes-Terres et les Basses-Terres voulaient du sang. Et ils en eurent. Les combats massacraient les gens du Peuple : vieux, jeunes, enfants, femmes,... Personne ne fut épargné !

Cette guerre dura des années. Certaines personnes furent lassées et des groupes rebelles apparurent, autant dans les Hautes-Terres que dans les Basses-Terres. Les raisons de ces sécessions étaient multiples : l'ambition personnelle de quelques chefs de guerre étaient la plus fréquente, mais certains groupes étaient motivés par l'espoir de paix et non le pouvoir. Les meneurs qui avaient remplacés le Roi-Guerrier et le Roi-Mage n'apprécièrent pas cette situation. Tous les rebelles et mécontents qui restaient sur les terres appartenants encore aux deux royaumes furent comparus en justice. La Loi était du côté des partisans de la guerre : les rebelles furent donc condamnés à l'exil. La plupart parirent vers les nouveaux états qui s'étaient soulevés, d'autres allèrent dans les Territoires Nordiques de l'Ouest.

Bientôt, les deux royaumes encore en guerre furent détruits par celle-ci. A la dernière bataille, les quelques partisans du conflit qui restaient s'entredéchirèrent. Les exilés revinrent vers leurs anciennes patries. Ils rejoignirent les nouveaux états et firent une grande réunion de paix et d'amitié. Les retrouvailles furent célébrées partout entre la Mer Barbare et la Mer Nordique. Les anciens rebelles jurèrent de rester uni et ensemble contre toutes les menaces. Les Hautes-Terres et les Basses-Terres des Territoires Nordiques de l'Est ne formaient plus qu'un seul et unique royaume ! Qu'une seule et unique nation ! Sans le savoir, les rebelles venaient de poser la première pierre de ce qui sera plus tard connu comme le Royaume Nordique de Barbariag.

RSS Contact